20 mars 2019

Retour de Livre Paris 2019


Cette année encore, le salon annuel du livre à Paris s'est révélé formidable en tout point de vue. L'animation sur les stands de mes éditeurs était au rendez-vous avec de précieux échanges auprès des lectrices et lecteurs qui sont passés me voir lors de mes horaires de dédicaces.
Le travail d'auteur consiste en une activité créatrice solitaire, je crois l'avoir déjà dit quelque part sur ce blog. Les rencontres avec les personnes qui aiment lire et rêver par l'intermédiaire des bouquins se révèlent d'autant plus stimulante lorsque ce genre d'opportunité se présente.
Après trois jours bien remplies à Paris, j'ai retrouvé la quiétude de mon bureau pour élaborer de nouvelles histoires avec de beaux souvenirs plein la tête. Mon inspiration pour des personnages ainsi que des intrigues rayonne d'une motivation flambant neuve.   
Voici quelques photos qui donnent un aperçu de l'ambiance revigorante de ce salon qui attire toujours énormément d'amoureux de la littérature.

















25 févr. 2019

Dédicace au salon Livre Paris 2019


Le salon Livre Paris, qui se tient chaque année au mois de mars sur la capitale, est un rendez-vous incontournable des amoureux des mots.
Le temps de quelques jours, je mettrai en pause l'écriture pour participer une nouvelle fois à l’événement avec l'heureuse perspective de rencontrer les personnes qui suivent mon activité littéraires. Les lectrices et lecteurs pourront ainsi me retrouver sur plusieurs horaires de dédicace. Les voici :

- Le samedi, de 10h00 à 11h30 sur le stand de Rebelle éditions (emplacement T063)

- Le vendredi, de 16h00 à 18h30 sur le stand des éditions Elixyria (emplacement U52)
- Le samedi, de 16h00 à 18h30 sur le stand des éditions Elixyria 


 


Je dédicacerai à cette occasion tous mes ouvrages, parmi lesquelles mes nouveautés : le premier tome de Lys Striker (fantaisie urbaine, chez Rebelle éditions) et La forêt des masques (jeunesse fantastique, chez les éditions Elixyria). Au plaisir de vous voir au salon.

 











21 févr. 2019

Illustrations "La forêt des masques"


La forêt des masques est une aventure où le fantastique côtoie les sentiments les plus forts. Plongée dans un univers magique, Lucile est une collégienne brisée qui va reprendre goût à la vie suite au harcèlement qu'elle a subi au collège.
L'ouvrage fait la part belle aux esprits de la forêt et à une ambiance féerique. Pour donner une âme véritable au projet, l'aspect graphique du livre a été confié à Audrey Lozano qui a réalisé de sublimes illustrations qui correspondent tout à fait à mon texte.
Je vous laisse admirer ci-dessous l'aplat de couverture, ainsi que les images réalisées spécialement pour les réseaux sociaux. Des visuels qui permettent déjà de s'immerger dans l'atmosphère si particulière de La forêt des masques.
Une partie des droits du livre sera reversée à l'association Marion la main tendue qui oeuvre contre le harcèlement scolaire.

Pour pré-commander un exemplaire dédicacé de La forêt des masques : boutique en ligne des éditions Elixyria












15 févr. 2019

Ouvrage jeunesse sur le harcèlement scolaire "La forêt des masques"


J'ai le plaisir de vous présenter mon nouvel ouvrage jeunesse qui relève une importance particulière à mes yeux. La forêt des masques est une fable écologique qui aborde avec pudeur le difficile sujet du harcèlement scolaire. Poussée par le désespoir, Lucile est une collégienne brimée par ses camarades. Elle décide un jour de fuir dans une immense et mystérieuse forêt. C'est là qu'elle va faire une bien curieuse rencontre : celle de Sylvain, un étrange garçon qui fabrique des masques aux arbres afin que ceux-ci puissent exprimer leurs émotions.

La forêt des masques est une histoire que j'ai voulu forte en émotions, en réflexions, mais aussi en espoir. Sur fond de poésie et de magie, Lucile va reprendre progressivement goût à la vie au contact de Sylvain et de ses insolites compagnons de la forêt. Ou quand l'amitié et la nature apporte un peu de féerie dans l'existence d'une collégienne en proie à la plus effroyable détresse.

L'ouvrage est d'ores et déjà disponible en format ePub sur toutes les plateformes de téléchargement. Il paraîtra en format papier aux éditions Elixyria en mars, avec une avant-première au salon Livre Paris où je serai en dédicace sur leur stand. Une partie des droits du livre sera reversée à l'association "Marion la main tendue" qui oeuvre contre le harcèlement scolaire.

Mais attention, ce n'est pas tout ! La forêt des masques, c'est aussi un ouvrage superbement illustré par la talentueuse Audrey Lozano. Son travail graphique accompagne tous les chapitres et confère de bel manière un supplément d'âme à l'histoire. La rencontre de Lucile et de Sylvain s'adresse donc à tous les lecteurs.

EPUB disponible sur :


Il est possible de pré-commander des exemplaires dédicacés de "La forêt des masques" sur la boutique en ligne des éditions Elixyria : 

Et voici la présentation complète de La forêt des masques :

Éditeur : Editions Elixyria
Prix papier : 16,90€
Prix ePub : 4,90€




Résumé

Lucile, quatorze ans, ne supporte plus d'être persécutée entre deux cours par Myriam et sa bande. Désespérée, elle trouve refuge dans l'immense forêt voisine afin de fuir les brimades des autres collégiens. La jeune fille s'aventure au cœur d'un territoire sauvage qui fait l'objet de rumeurs inquiétantes, car on le dit "hanté".

C'est dans ce royaume champêtre, en marge de la civilisation, que Lucile rencontre Sylvain. Ce dernier fabrique d'énigmatique masques qu'il offre aux arbres. Sous la protection du garçon solitaire, Lucile découvre les esprits de la nature veillant sur la forêt... Un sanctuaire qui va lui redonner le goût de vivre, d'aimer et où la cruauté humaine ne revendique aucun droit. 






29 janv. 2019

Une année 2019 chargée en perspective


Belle et heureuse année 2019 à toutes les personnes qui parcourent les pages du présent blog. Je vous souhaite des tranches de bonheurs tout au long des douze mois à venir.

Pour ma part, l'année commence sur les chapeaux de roues avec l'aboutissement d'un projet littéraire qui me tenait particulièrement à cœur. J'aurai le plaisir de le présenter ici-même dans les jours à venir. 2019 est une année qui me permettra de concrétiser des aspirations d'écriture dans des registres aussi divers que passionnants. Et bien sûr, des rendez-vous sur des salons sont également prévus. Davantage d'informations à ce sujet, très bientôt !









13 nov. 2018

Chroniques et articles pour Lys Striker tome 1 : piégée par le passé

Voici les divers articles et avis se penchant sur le premier tome des aventures de Lys Striker, ma nouvelle série de fantaisie urbaine qui se déroule à Montpellier sur deux tomes. Roman paru en octobre 2018 chez Rebelle éditions.



- Blog Elo-Dit (janvier 2019)
http://elo-dit.over-blog.fr/2019/01/lys-striker-tome-1-piegee-par-le-passe-stephane-soutoul.html?fbclid=IwAR3wICy4LGJntBkOTz4e7oNrqDuWIFSUNDa7mztDGelb_OlQlaZZ5D9rOXU

- Les carnets de déambulations (janvier 2019)
https://carnetdunefildeferiste.blogspot.com/2019/01/lys-striker-piegee-par-le-passe.html?fbclid=IwAR3h0tL_pg2I0_63-4i6bG3gf2ZWSUOEG_Ptpvm5CCipxfBbKwRjKZsMpo4

- Blog Ysaline fearfaol (décembre 2018)
http://fearfaolysaline.canalblog.com/archives/2018/12/26/36926361.html?fbclid=IwAR1MHU0sutA4atnI2aLAa-8xw2UiTqmHtje35MJebI3bKuWBrg0Z0z91T74

- Les petits livres (décembre 2018)
http://smallthings.fr/lespetitslivres/2018/12/17/lys-striker-urban-fantasy-stephane-soutoul/?fbclid=IwAR2ISU4bUKNJaCGySTf-bNlwRwtUFya3llpF3gf1af5x-CbsRFRZpORQsPk

- Voluptueusement vôtre (décembre 2018)
http://www.voluptueusementvotre.fr/2018/12/lys-striker-1-piegee-par-le-passe-stephane-soutoul/

- Les lectures de Mylène (décembre 2018)
https://www.leslecturesdemylene.com/2018/12/lys-striker-1-piegee-par-passe-stephane-soutoul.html?fbclid=IwAR0MfcF3BSdDtRohnFF6BsS6G9ez92xylvjJQGQ5VafYvuvor-0Dt5gWJ1g

- Le repaire des livres (décembre 2018)
https://repairedeslivres.wordpress.com/2018/12/09/lys-striker-tome-1-piegee-par-le-passe/

- Blog Cocomilady (novembre 2018)
http://cocomilady2.revolublog.com/lys-striker-t1-p1403688

- Blog Dans notre petite bulle (novembre 2018)







17 oct. 2018

Nouvelle spéciale Halloween (2)


Puisque ma nouvelle d'octobre dernier (Le parc de toutes les peurs, disponible ici ) a fait quelques heureux pour Halloween, période propice aux frissons s'il en est, j'ai décidé de remettre le couvert cette année encore avec une histoire inédite. Vous ne trouverez celle-ci nulle part ailleurs. J'espère que ce petit texte, que je me suis bien amusé à mettre en mots, contribuera à vous immerger dans l'ambiance délicieusement décalée de la fête des citrouilles et des sorcières. 
Il ne reste plus à votre humble serviteur qu'à vous souhaiter une épouvantable lecture avec la nouvelle que j'ai baptisée...

Les petites bêtes ne mangent pas les grosses. Quoique...
(Par Stéphane Soutoul)




Les apparences sont souvent trompeuses. Et sournoises, avec ça ! Parfois, sous les traits les plus inoffensifs, il arrive qu’un danger mortel surgisse dans l’endroit où l’on se sent le plus en sécurité au monde. Parce qu’ironiquement, c’est quand on se croit à l’abri de toute menace qu’on devient vulnérable. Nous avons du mal à imaginer que les pires horreurs peuvent s’insinuer chez nous, là où l’on ne ressent plus le besoin d’être sur la défensive.
Jimmy Valentin, neuf ans, en a fait la terrifiante expérience. Comme tous les enfants de son âge, sa chambre était son refuge. Un sanctuaire où il n’avait rien à craindre. Cela était d’autant plus vrai pour le jeune garçon depuis que Roberto, son beau-père, était entré dans la vie de sa mère et donc dans la sienne. Jimmy avait besoin de se tenir à l’écart de cet homme qui ne lui voulait pas du bien. Dans l’espace réduit de sa chambre, il se sentait plus que n’importe où à sa place.
Roberto était un homme se disant fort occupé qui prônait les vertus de l’efficacité. En vérité, il ne faisait pas bon ménage avec la patience, mais personne n’osait lui en faire la remarque. Il répétait sans cesse à sa compagne que pour élever correctement un gosse – avec efficacité, donc – rien ne valait la manière forte. Autrement dit, flanquer une bonne dérouillée à Jimmy ne le dérangeait pas le moins du monde. On pouvait même dire qu’il prenait un certain plaisir à se défouler sur l’enfant qui n’était pas de son propre sang.
Depuis les trois années qu’ils vivaient sous le même toit, Jimmy avait appris à craindre Roberto. Le dîner était le moment le plus risqué de la journée. À la moindre parole prononcée sans autorisation, au plus petit geste qui ne plaisait pas à celui qui s’autoproclamait « chef de famille », les joues de l’enfant le cuisaient douloureusement. Il nourrissait une véritable appréhension de se retrouver autour du repas préparé par sa mère… à la même table que celui qui ne perdait jamais une occasion de faire valoir son autorité de la plus cinglante des manières.
Jimmy devait avoir une attitude irréprochable en toute circonstance et, surtout, se taire. Pour lui, le silence était synonyme de survie.
Il se demandait ce qu’aurait pensé son vrai père de cette éducation « efficace », si seulement ce dernier ne s’était pas volatilisé à sa naissance.
Il n’y avait que dans la confidentialité de sa chambre que Jimmy pouvait se détendre. L’intimité des lieux lui permettait de rêver, d’écouter la musique ou de lire sans avoir à être constamment sur ses gardes. Prudent, il ne demandait pas d’aide aux adultes, ni à personne d’autre d’ailleurs. On apprend vite à se débrouiller seul lorsqu’on vit avec la peur chevillée au corps. Se faire remarquer pouvait lui attirer des problèmes, car Roberto était instable et ne contrôlait pas toujours ses pulsions violentes.
Jimmy était content de n’avoir ni frère ni sœur avec qui partager ses malheurs.
Une nuit, pourtant, le cadre sécurisant de sa chambre se transforma en piège redoutable. La soirée avait commencé de la façon la plus bénigne qui soit. Après le souper, Jimmy s’était empressé de monter à l’étage. Un match de foot était au programme et il ne fallait surtout pas déranger Roberto quand il regardait la télé du salon en braillant avec une bière à la main.
Au début, tout se passa normalement. Jimmy joua une heure avec sa console portable de jeux vidéo, puis il poursuivit son roman en cours de lecture. Le garçon adorait les histoires remplies de valeureux guerriers, de magiciens et de dragons. Ces récits riches en fantaisie lui permettaient de partir à l’aventure sans qu’il n’ait besoin de quitter sa chambre.
On peut voyager dans des contrées forts lointaines grâce à l’imagination.
Après avoir eu sa dose de péripéties littéraires, Jimmy éteignit la lampe de chevet à côté de son lit. Tout d’abord, il resta plusieurs minutes dans la pénombre. Le calme nocturne était un royaume qui lui plaisait. Une parcelle de clarté diffusée par le réverbère en bas de la rue s’infiltrait par les interstices de son volet. Le garçon se sentait bien. Fatigué de sa journée scolaire, un peu triste aussi, mais satisfait dans l’ensemble. Ce soir, Roberto lui avait fiché la paix. Si seulement toutes les fins de journées pouvaient ressembler à celle-ci. Pas de cris, pas de menaces ni de coups. La mère de Jimmy, quant à elle, ne faisait rien pour s’interposer entre son compagnon et son fils. Ils étaient pourtant proches tous les deux à une époque pas si lointaine. Jimmy pensait que l’amour rend parfois les gens bêtes – ou aveugles, au choix – et il s’était juré de ne jamais s’enticher de quelqu’un au point de mettre des œillères pour ne pas voir ses défauts.
La chambre était donc partagée entre quiétude et obscurité. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. L’unique son perturbant le silence se résumait au tic-tac régulier de son horloge en forme de clown. Jimmy le détestait, c’était sa mère et Roberto qui le lui avaient offert pour ses sept ans. Ses paupières étaient maintenant lourdes, il commença à s’enfoncer progressivement dans le sommeil. Sa somnolence dura un moment avant qu’un bruit étrange ne capte son attention et le réveille. Le jeune occupant de la chambre prit soudain conscience d’un grattement. Ou plutôt, c’était comme si « quelque chose » émettait un frottement étouffé.
Intrigué, Jimmy voulu allumer sa lampe de chevet, mais cette dernière resta éteinte. L’ampoule était grillée, à moins qu’il n’y ait eu une coupure d’électricité.
Jimmy se redressa sur son oreiller en tendant l’oreille, tous ses sens aux aguets.
C’est alors qu’il aperçut la minuscule créature.
Cette dernière ne ressemblait en rien aux animaux ou aux insectes connus. Guère impressionnante, elle avait une forme sphérique parfaitement lisse. Elle se déplaçait grâce à ses quatre pattes qui faisaient penser à des griffes. L’intrus dans la chambre était à peine plus gros qu’une bille. Sa taille n’avait donc rien d’impressionnant, loin de là. Il se tenait sur le mur au-dessus de son bureau. Un autre n’aurait peut-être pas remarqué sa présence dans le noir, mais Jimmy avait l’ouïe fine. En plus, il émanait de la chose bizarre une faible lueur bleutée.
Le curieux visiteur nocturne ne bougeait plus à présent.
Inconsciemment, Jimmy se crispa. Il déglutit avec peine et sentit son pouls s’accélérer sous la pression d’une vive angoisse. L’instinct de conservation qu’il avait développé au contact de Roberto était formel : une menace lui rôdait autour, mais il ne parvenait pas à l’identifier clairement… Une chose à peine plus grosse qu’une pièce de monnaie ne pouvait tout de même pas lui faire du mal, n’est-ce pas ?
Après quelques instants d’attente, la créature se déplaça à nouveau avec ce détestable bruit de grattement sur le papier peint. Elle descendit vers le bureau. Ses mouvements évoquaient ceux d’une araignée. Cependant, aucune espèce arachnéenne ne produisait une telle lumière bleue. À l’aide de l’un de ses appendices au bout pointu, elle toucha la tête de Boubou, une peluche rose et rondouillarde tirée du dessin animé Dragon Ball. Jimmy l’avait gagné lors de la kermesse de l’école. Assis sur son lit, il n’osait plus respirer. Son cœur manqua un battement en voyant la forme ronde montée sur pattes s’élargir tout à coup.
La chose gonfla soudain à vue d’œil !
La scène se déroula très vite. Une sorte de bouche difforme apparue sur la créature. Celle-ci s’étira brusquement. Sa surface s’élargit de façon disproportionnée, comme si elle était élastique. Avec une voracité effrayante, elle goba net la tête de Boubou. Il y eu un immonde bruit de tissu déchiré et lorsque la créature ronde reprit sa forme normale, Jimmy l’entendit clairement mâchouiller.
Les bras du garçon furent alors parcourus par la chair de poule. Une irrépressible terreur ruissela le long de son échine pendant qu’il contenait le cri qui montait dans sa gorge.
L’espèce d’insecte rond et lumineux recracha finalement des lambeaux de tissus.
Écœurant.
Cauchemardesque.
Sans geste brusque, l’enfant en pyjama ouvrit le tiroir de sa table de chevet. Il en sortit sa lampe torche qu’il utilisait parfois pour lire sous les draps afin que Roberto ne voie pas de lumière sous la porte. D’un geste tremblant, Jimmy dirigea le faisceau lumineux vers le bureau. Avec une stupéfaction se disputant à l’horreur, il eut la confirmation que Boubou avait été décapité…
La petite créature à la surface polie venait de lui dévorer la tête.
Jimmy déploya un effort considérable pour ne pas paniquer. Il ignorait ce dont le monstre était capable. Il se contentait jusqu’à présent de ramper sur les murs, mais cela n’était pas impossible qu’il sache bondir pour attraper une proie…
Une proie. Le mot était lâché. Voilà ce que Jimmy était devenu, il en avait la profonde et abominable conviction.


Cependant, le garçon remarqua que la « chose » avait battu en retraite pour éviter l’éclairage qui balayait le bureau. Jimmy en déduisit qu’elle était sensible à la lumière. Bon à savoir.
Il poussa lentement sa couverture et, toujours avec une infinie précaution, sortit de ses draps. Jimmy se cramponnait à sa lampe torche. Il bougeait le plus lentement possible dans l’espoir de ne pas attirer l’attention sur lui. La chamade qui faisait battre son cœur n’avait d’égale que les tremblements agitant l’ensemble de son corps.
Jimmy posa un pied sur le carrelage glacial, ce qui fit aussitôt réagir la créature. Elle semblait avoir conscience que sa proie essayait de lui échapper. Avec une agilité sidérante, elle se précipita en direction de l’enfant. Sans céder à la panique, ce dernier braqua le faisceau de sa lampe sur son assaillant qui  démontrait une redoutable intelligence. Véloce, il évitait la lumière en zigzaguant.
Jimmy ignorait tant bien que mal son nœud à la gorge. Il ne cria pas, non plus. Sa chambre, le refuge dans lequel il s’était si souvent caché de Roberto, était devenue l’endroit à fuir à tout prix s’il voulait continuer à vivre. Rester signifiait une mort peu enviable. Comment « la bête » avait-elle pénétré dans la pièce ? Jimmy n’en savait rien. Elle était peut-être entrée par la fenêtre quand il l’avait ouverte plus tôt dans la journée, qui sait ?
Dans l’immédiat, toutes les forces de Jimmy se focalisaient sur son agresseur. Il savait que la moindre hésitation signerait sa perte. Alors, en faisant le vide dans son esprit et en rassemblant son courage, il continua à diriger son faisceau de lumière pour éloigner la forme ronde qui avait englouti la tête de sa peluche. La chose fut assez ralentie pour qu’il ait le temps de se jeter contre la porte. Jimmy tourna la poignée, puis sortit en ayant l’impression que son cœur allait exploser. Il referma très vite la porte en la claquant derrière lui. Il laissa ensuite tomber sa lampe torche à ses pieds. Lentement, il recula de sa chambre en haletant. Le sang cognait à tout rompre dans ses tempes, mais au moins il avait survécu. Pour le moment. Il éclaira la lumière du couloir afin de ne pas rester dans le noir. Cette fois-ci, l’ampoule au plafond s’alluma sans problème.
Une sueur froide dégoulina le long de l’échine à Jimmy. Que lui serait-il arrivé s’il n’avait pas entendu le curieux bruit de frottement ? Mieux valait ne pas savoir. Il se demandait ce que pouvait faire à présent la créature…
Elle n’était quand même pas capable d’ouvrir la porte… N’est-ce pas ?
Roberto, alerté par le claquement de porte, quitta le salon pour voir ce qu’il se passait.
— Bordel, c’est quoi ce vacarme ? rugit-il d’une voix éméchée. On ne peut pas regarder un match tranquille dans cette foutue baraque ?
Pour la première fois depuis longtemps, Jimmy n’éprouva aucune crainte en voyant son beau-père furax. L’étrange créature sortie de nulle part avait drainé toute sa peur d’un coup. Il pointa un index vers la porte de sa chambre et bredouilla faiblement :
— Dans la chambre… Il y a une bête…
La colère de Roberto explosa en entendant l’explication chaotique du garçon planté devant lui.
— Mon pauvre Jimmy, tu fais vraiment pitié, ricana l’adulte. Espèce de mauviette ! On ne t’a jamais appris que les petites bêtes ne mangent pas les grosses ? Heureusement que tu n’es pas mon vrai fils, sinon je crèverais de honte.
Roberto accompagna ses paroles acerbes en donnant une claque dans la nuque de Jimmy.
— Tu vas me faire le plaisir de retourner dans ta piaule !
— Non, refusa l’enfant en reculant au cas où l’idée viendrait à son beau-père de le faire retourner de force dans la chambre.
— Quoi ? Tu oses te rebeller ?
— Non. Mais je ne retournerai pas dans ma chambre tant qu’il y aura cette bête… Elle est bizarre et… et dangereuse !
Roberto était déconcerté par l’attitude du gosse. Habituellement, il ne mouftait pas quand il lui donnait un ordre. Quelle mouche pouvait bien l’avoir piqué ?
— Petit con, va ! Puisque je te dis que les petites bêtes ne mangent pas les grosses. Surtout pas les trouillards qui font dans leur froc pour un rien !
Voyant que Jimmy le défiait du regard sans broncher, Roberto prit la plus mauvaise décision de sa vie.
— Très bien. Puisque c’est comme ça, je vais aller la voir ta fameuse « bête ». Et après ça, tu auras droit à une raclée maison que tu n’oublieras pas de sitôt.
Le regard haineux que Roberto posa sur Jimmy était une promesse de violence, d’insultes. D’humiliation. Cependant, l’enfant se contenta de l’observer avec des yeux à moitié fous et en se tordant les mains de nervosité.
Jimmy ne protesta pas quand Roberto entra rageusement dans la chambre plongée dans l’obscurité. Il ne fit rien pour le dissuader d’aller à la rencontre de la chose rampante qui avait décapité sa peluche. D’un geste craintif, prêt à bondir en arrière pour fuir en cas de besoin, il eut juste l’initiative de refermer la porte derrière son beau-père.
— Hé, petit con ! J’y vois plus rien si tu…
Roberto ne termina pas sa phrase. Il était soudain trop occupé à hurler aussi fort que lui permettaient ses cordes vocales. Ses cris résonnèrent dans tout l’appartement et même au-delà. La mère de Jimmy ne quitta pas son lit pour voir ce qu’il se passait. Elle était sans doute trop assommée par les calmants pour entendre quoi que ce soit.
Brusquement, le silence revint. Les minutes s’écoulèrent sans que Roberto ne sorte de la pièce. Jimmy resta debout le reste de nuit en attendant que sa mère se lève pour tout lui expliquer. Du moins, il ferait de son mieux pour y parvenir. La corvée n’aurait rien d’évidente. Il lui était impossible de bouger ou de fermer les yeux. Surtout, il veilla à laisser le couloir éclairé. Les ténèbres dissimulaient des horreurs contre lesquelles la lumière était l’unique rempart. En attestait la flaque vermeille qui s’échappait de sous la porte de sa chambre.
Grelotant dans son pyjama, en état de choc, une réflexion traversa l’esprit bouleversé de Jimmy : parfois, même les adultes pouvaient se tromper. Il venait d’en avoir la preuve flagrante.
Car de toute évidence, certaines petites bêtes semblaient tout à fait capables de dévorer les plus grosses.



 Fin